La réforme de l’assurance-chômage : aux grands maux, les petits pansements

11 mai 2021 (Montréal) Dans son dernier budget, le gouvernement fédéral annonçait l’attribution de 5 millions de dollars sur deux ans pour mener des consultations sur une réforme éventuelle du régime d’assurance-chômage. Le message lancé aux chômeur.se.s était on ne peut plus clair : ces dernier.ère.s devront prendre leur mal en patience avant d’avoir accès à un régime juste, universel, équitable et non discriminatoire. 

En date du 9 mai 2021, nous apprenions que le gouvernement fédéral entend mettre à jour l’infrastructure technologique du système de l’assurance-emploi avant même que toutes modifications du programme puissent voir le jour. Rappelons que ces consultations, et les délais prévus pour cette mise à jour technologique, s’ajoutent à des décennies de luttes syndicales et communautaires qui n’ont cessé de rappeler aux gouvernements successifs les importantes lacunes du régime. 

«Il faut noter que cette infrastructure vieillissante, pour reprendre les termes de la ministre Qualtrough, a été pointée du doigt à de nombreuses reprises. Ici, les retards technologiques semblent plutôt être utilisés comme prétexte pour retarder une réforme en profondeur du régime à court terme. On se rappellera d’ailleurs que la technologie désuète du système n’a jamais arrêté les différents gouvernements de mettre en place les contre-réformes des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix visant à réduire l’accès au régime», affirme Kim Bouchard, présidente du MASSE.

En plus d’annoncer un calendrier aussi décevant, le gouvernement nous informe qu’au bout de ce long processus, les chômeur.se.s ne pourront probablement pas voir leurs conditions de vie aller en s’améliorant. En faisant abstraction de la situation particulière des femmes sur le marché du travail, en occultant les particularités de l’emploi saisonnier, en laissant indemne un taux d’indemnisation insultant, la réforme qui se dessine lentement ne permettra pas d’éliminer l’appauvrissement des travailleur.se.s les plus précaires. 

Le MASSE déplore le manque d’ambition du gouvernement et estime qu’un examen approfondi du régime ne peut se limiter à la question de l’admissibilité des travailleur.se.s autonomes et à la demande. Une modernisation du régime d’assurance-chômage adapté à la réalité du 21e siècle doit s’inscrire dans une perspective d’accessibilité universelle et de lutte contre les discriminations beaucoup plus large. 

Les inégalités sont trop criantes et un trop grand nombre de travailleur.se.s salarié.e.s seront encore exclu.e.s du régime si le gouvernement balise la réflexion aux enjeux annoncés dans les derniers jours. 

«La ministre semble oublier que des milliers de travailleur.se.s de l’industrie saisonnière se retrouvent sans revenu pendant plusieurs semaines parce que le nombre de semaines de prestations est insuffisant pour couvrir toute la durée du chômage. Le gouvernement ignore aussi complètement la problématique des nombreux.se.s travailleur.se.s qui ne peuvent tout simplement pas survivre avec 55 % de leur salaire s’ils perdent leur emploi. Enfin, pourquoi ne pas profiter de cette réforme pour mettre fin à la discrimination injustifiée du régime à l’égard des femmes?». — Samuell S. Beaudoin, coordonnatrice du MASSE.

Le Mouvement autonome et solidaire des sans-emploi (MASSE) rassemble 15 groupes de défense de droits et constitue le plus important regroupement de chômeurs et chômeuses au Québec.

– 30 –

Pour plus d’informations : 

Samuell S. Beaudoin, coordonnatrice du MASSE, (514) 524-2226