t

Clôture de la campagne « De travailleuses à chômeuses, même injustice, même combat! »

Montréal, le mercredi 11 décembre 2019 – Après un an de mobilisation, le 15 novembre dernier s’est terminée notre campagne « De travailleuses à chômeuses, même injustice, même combat! ».

Devant le constat que le régime actuel d’assurance-emploi contribue à creuser les inégalités entre les sexes dans le monde du travail, le Mouvement autonome et solidaire des sans-emploi avait lancé, le 22 octobre 2018, une série d’actions visant à faire comprendre, auprès de la population et des élu-e-s fédéraux, le caractère discriminatoire du régime d’assurance-emploi vis-à-vis des femmes.

Amorcée par le lancement d’une pétition en ligne à la Chambre des communes, la campagne « De travailleuses à chômeuses, même injustice, même combat! » s’est rendue dans les différentes régions du Québec grâce à la création d’une vingtaine d’ateliers d’éducation populaire fournissant aux femmes des outils pour défendre leurs droits en matière d’assurance-emploi. Ces rencontres, en plus d’avoir mobilisé des acteur-trice-s de plusieurs horizons, ont permis de recueillir de précieux témoignages susceptibles de nous aider dans nos actions. Ayant notamment produit du matériel d’information, réalisé un guide d’animation et organisé une manifestation le 23 mai dernier, le MASSE a tout mis en œuvre pour lancer un message clair au gouvernement Trudeau : celui-ci doit apporter des changements précis au régime d’assurance-emploi pour contrer l’appauvrissement des femmes.

Pour marquer la fin de cette campagne, le MASSE tient à remercier les quatre-vingt-onze groupes nationaux, régionaux et locaux ayant rendu possible la poursuite de ces activités. Nous remercions tout particulièrement le Réseau des tables régionales de groupes de femmes du Québec pour son implication soutenue ainsi que la Fondation Béati pour avoir contribué au financement de cette campagne.

Bien que soit terminée la campagne « De travailleuses à chômeuses, même injustice, même combat! », la lutte continue! Parce qu’il défend l’accessibilité universelle au régime d’assurance-emploi, le MASSE continuera donc de mettre de l’avant les revendications présentées au cours de cette campagne. En cas de perte d’emploi, les femmes ont droit d’avoir accès à la couverture du régime auquel elles cotisent, et ce, sans égard aux prestations maternité/parentales qu’elles reçoivent.

Le Mouvement autonome et solidaire des sans-emploi (MASSE) rassemble 13 groupes de défense des droits et constitue le plus important regroupement de chômeurs et chômeuses au Québec. La campagne « De travailleuses à chômeuses, même injustice, même combat! » se poursuivra jusqu’au printemps 2019. Le lancement de la campagne s’inscrit dans le cadre de la semaine nationale de l’action communautaire autonome et de la Semaine nationale des chômeurs et chômeuses.

Réaction du MASSE à l’arrivé de la nouvelle Ministre responsable de l’assurance-emploi.

À l’honorable Mme. Carla Qualtrough,

D’abord, le mouvement autonome et solidaire des sans-emploi (MASSE) tient à vous féliciter pour votre nomination à titre de Ministre chargée de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes handicapées. En tant que responsable de ce ministère, vous aurez sous votre charge le dossier de l’assurance-emploi. De par votre expérience en tant que présidente du conseil du ministre sur l’emploi et l’accessibilité de la Colombie-Britannique et arbitre auprès du Tribunal d’appel de la Commission des accidents de travail de Colombie-Britannique nous assumons que vous connaissez déjà les nombreuses problématiques liées à l’exclusion, la marginalisation et la précarisation qui survient lorsque l’on tombe entre les mailles du filet social.

Nous estimons que malgré les avancées notables effectuées dans le précédent mandat, il nous reste encore du chemin à parcourir avant de pouvoir se targuer d’avoir un programme d’assurance-emploi juste et équitable.

Nous tenons également à saluer l’annonce du retour à un tribunal décisionnel tripartite. Nous espérons avoir l’occasion de participer activement à l’élaboration cette nouvelle mouture du TSS afin de nous assurer que son fonctionnement soit le plus efficace possible tout en répondant aux attentes des travailleurs et travailleuses.

Au MASSE, nous croyons qu’il est possible de faire ce programme un exemple à suivre pour les autres membres de la communauté internationale. Jadis un exemple de la vitalité de l’État-providence Canadien, le taux de couverture du programme n’a fait que péricliter depuis les années 1990. Nous croyons qu’il est temps de rectifier le tir en modifiant certains éléments du programme afin de l’ériger à la hauteur des aspirations des Canadiens et Canadiennes envers la justice sociale.

Nous sommes très enthousiastes à l’idée de travailler en collaboration avec vous et votre ministère afin d’actualiser un programme dont le fonctionnement ne cadre malheureusement plus avec les nouvelles réalités du travail. Nous espérons avoir la chance de vous rencontrer lors du forum de l’assurance-emploi organisé par le commissaire des travailleurs qui se tiendra le 6 décembre 2019 ou dans un avenir rapproché.

Nos salutations distinguées,

Sylvain Lafrenière, Coordonateur du MASSE

Élections fédérales 2019 : Mettre fin au sexisme dans le régime d’assurance-chômage

MONTRÉAL, le 17 oct. 2019 /CNW Telbec/ – Le Mouvement autonome et solidaire des sans-emploi (MASSE), le plus important regroupement québécois d’organismes de défense des droits des chômeurs et des chômeuses, considère que le régime actuel d’assurance-emploi reproduit et accentue les inégalités économiques vécues par les femmes dans le monde du travail. Ces dernières sont parmi les plus pénalisées par les actuels critères d’accès, étant donné la probabilité plus élevée qu’elles ont d’occuper un travail atypique ou précaire sur le marché de l’emploi. Selon Kim Bouchard, présidente du MASSE : « pour un même effort de travail et un niveau équivalent de cotisations, les femmes sont moins souvent admissibles aux prestations d’assurance-chômage ou en reçoivent moins que les hommes. » Il est donc essentiel de s’assurer que toutes celles et ceux ayant versé des cotisations au régime d’assurance-emploi puissent être couvertes par ce programme. Il est primordial de revoir en profondeur le fonctionnement du régime afin de garantir un accès réellement juste et équitable aux Canadiennes et aux Canadiens.

Afin d’atteindre cet objectif, le MASSE propose une série de mesures et demande la mise en application urgente des deux revendications suivantes :

  • Une formule hybride abaissant le seuil d’admissibilité à 350 heures ou 13 semaines.
  • Un accès aux prestations régulières d’assurance-chômage, en cas de perte d’emploi, sans égard aux prestations de maternité et aux prestations parentales.

En effet, entre 1989 et 1997, trois vagues de compressions majeures ont détérioré l’accès aux prestations de chômage. Malgré quelques timides améliorations à l’assurance-emploi au cours des dernières années, le gouvernement sortant n’a pas travaillé à mettre fin aux discriminations à l’égard des mères et des personnes travaillant à temps partiel.

« A priori, l’admissibilité basée sur les heures travaillées semble neutre. Toutefois, pour les personnes travaillant à temps partiel, obtenir le nombre d’heures est beaucoup plus long, voire impossible, dans certains cas. Le taux d’admissibilité pour les personnes travaillant à temps partiel n’est que de 62%. Selon le dernier rapport de statistique Canada, 75.8% des personnes occupant un emploi à temps partiel sont des femmes. La principale raison expliquant cette situation est qu’elles ne peuvent travailler à temps plein, car elles doivent s’occuper de leurs enfants. Il ne s’agit pas d’une simple préférence. La baisse du seuil d’admissibilité à 350 ou 13 semaines permettraient de tenir compte de cette responsabilité qui incombe encore trop souvent aux femmes et de neutraliser partiellement le sexisme présent dans la réglementation actuelle » rappelle Sylvain Lafrenière, coordonnateur du MASSE.

En cette fin de campagne électorale fédérale, nous avons déjà interpellé les principaux partis politiques afin d’obtenir de leur part, des engagements au sujet de l’assurance-emploi. Malgré nos tentatives répéter d’obtenir des réponses satisfaisantes, nous constatons une fois de plus que le droit à l’assurance-emploi ne figure pas dans leurs priorités. Afin que cette situation change, il nous apparaît essentiel de rappeler que les prochaines élections offrent une occasion d’exiger des engagements de la part des partis politiques afin éliminer l’injustice à l’égard des femmes et à rétablir l’accessibilité du régime d’assurance-emploi pour toutes et tous.

Peu importe l’issue du scrutin électoral fédéral du 21 octobre, nous allons continuer de lutter sans relâche afin de bonifier le régime actuel, de s’assurer que les cotisations perçues servent aux fins auxquelles elles sont prélevées et de faire valoir les droits de chômeurs et des chômeuses.

 

Renseignements:

Sylvain Lafrenière, coordonnateur du MASSE, 514-524-2226,

Kim Bouchard, présidente du MASSE, 514-271-4800